Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

Offices et Sacrements de la Mission



La Sainte Messe




- Le premier dimanche du mois. A la fin de l'Office, bénédiction pour les affligés et les blessés de la vie. Se renseigner à la Mission.





Réunions de prières





 En semaine.
 Consulter le Recteur   








Le Baptême


Le mot « baptême » vient du grec qui signifie « plonger ».
Le baptême, en nous plongeant dans la mort et la résurrection avec le Christ, nous introduit à la vie nouvelle qui est celle du Christ : il invite les chrétiens à mourir au péché avec le Christ, pour commencer à vivre de sa vie de ressuscité.
 
Le signe de l'eau est ici très important. Il rappelle bien sûr le baptême de Jésus par Jean-Baptiste dans le Jourdain, mais aussi le passage de Jésus de la mort à la vie éternelle, le matin de Pâques. C'est pourquoi beaucoup de baptêmes ont lieu la veille au soir et le jour même de Pâques.
En versant l'eau, l'évêque, le prêtre ou le diacre qui célèbre le baptême prononce cette phrase .
« Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen ».
 
Recevoir le baptême, c'est donc devenir chrétien, membre de l'Église.
Le baptême est proposé à tout âge, mais il est souvent pratiqué dans les mois qui suivent la naissance. Ce baptême des bébés marque que Dieu est toujours celui qui aime le premier. Avant même que l'on puisse lui répondre, il invite à partager sa vie. En demandant le sacrement de baptême pour leur enfant, les parents s'engagent à aider celui-ci à grandir dans la foi.
 
Chaque baptisé est accompagné par un « parrain » ou une « marraine », ou les deux à la fois ; lesquels s'engagent à accompagner ce nouveau chrétien durant les différentes étapes de la vie chrétienne.
 
 Pour demander le baptême 
 
Baptême des petits-enfants : Il est nécessaire de prendre contact avec la Mission plusieurs mois avant la date souhaitée (environ 3 mois). Une préparation sera proposée aux parents qui demandent le baptême.
Baptême des adultes : Le baptême peut aussi être demandé par des adultes. C'est le Recteur qui les accompagnera dans leur démarche.
 
Sur demande, la cérémonie peut être célébrée également en anglais ou en espagnol.




La Confirmation


Il s'agit, en quelque sorte, et c'est d'ailleurs sa vocation, du sacrement « de complément du baptême ». En effet, le baptême étant le sacrement permettant au chrétien-nouveau de se rendre compte de sa nouvelle existence (celle de Chrétien) et ainsi de vivre selon les joyeuses exigences d'un chrétiens.
 
Le sacrement de confirmation est là pour permettre au chrétien d'affirmer sa Foi, de la confirmer. Ceci n'est pas sans inutilité, car il offre au croyant la possibilité de travailler et de réfléchir sur sa vie de chrétiens, et pourquoi pas, de vivre un effet de renforcement dans sa Foi, par ce sacrement.
 
Le sacrement de Confirmation est d'ordinaire administré par un évêque, voire relativement, par des vicaires épiscopaux, sous forme d'onction (avec une huile sainte, bénite), au front et aux mains. Cette onction représente l'appel solennel de l'évêque demandant à l'Esprit Saint de venir confirmer le croyant et de lui apporter ses "sept dons".




Le Mariage


Vous êtes divorcé(e) d'un premier mariage et vous désirez une cérémonie religieuse pour une nouvelle union ? Une simple bénédiction ou une Messe, dans un lieu que vous aurez choisi ?
Nous pourrons accéder à votre demande.
 
Mais qu'est-ce que le mariage ?
 
Il s'agit de l'union de deux êtres désireux de vivre ensemble pour cette vie terrestre jusqu'à la mort (la mort délie les conjoints). Les époux sont mutuellement consentants, et c'est pour cette raison que l'on dit que le prêtre n'est en réalité, durant la cérémonie, qu'un témoin, les véritables "ministres du sacrement" étant les époux eux-mêmes.
 
Les futurs mariés doivent prendre contact avec le Recteur au moins trois mois avant la cérémonie. Divers documents (dont un certificat de Baptême) vous seront demandés afin de préparer la cérémonie.
Nous devons rappeler ici que le mariage est, avant tout, un sacrement, un engagement devant Dieu et non une formalité religieuse ou administrative, comme en Mairie. Ce n'est pas non plus un spectacle ou une prestation destiné à satisfaire les exigences ou les fantaisies de certaines personnes.

A ce sujet, nous vous invitons à consulter la mise au point suivante (voir ici). 
Notre Eglise est inclusive. Cela signifie que nous dispensons les bénédictions de mariage aux divorcés remariés.
 
Nous vous invitons donc à réfléchir sérieusement sur le sens que vous comptez donner à cette cérémonie religieuse avant de vous engager.
 
Les cérémonies peuvent être, sur demande, célébrées en anglais ou en espagnol.



Le Sacrement de Réconciliation



Ce sacrement a également été institué par Jésus.
 
D'esprit communautaire en son départ (la communauté réunie professait, dans un but avoué, avoir péché, commis des fautes, des maladresses, et implorant la miséricorde divine). Au fil des siècles, ce sacrement prit un caractère "secret" : le chrétien, au contact de son prêtre, lui avoue avoir pécher, et ne doit pas hésiter à expliquer sur quels domaines en particuliers sa foi a rencontré des difficultés, voire même avoir été laissée de côté.
 
Il ne s'agit pas de faire un "étalage" complet et tellement précis au risque de voir le péché dans la moindre de ses actions (ce qui dans certains cas peut exister...), mais sans toutefois oublier que la remémoration par soi-même de fautes ou erreurs commises, peut permettre de se rendre compte que sa foi vit des "hauts et des bas" ; car l'intérêt principal de ce sacrement, n'est pas de pardonner pour mieux recommencer ses erreurs, mais au contraire de se rendre compte de sa petitesse face à l'affirmation et à la reconnaissance de ses péchés, qui ne font pas que du mal aux autres, mais qui font aussi souffrir la personne elle-même, et bien évidemment, qui fait aussi souffrir Dieu le Père...
 
Se confesser, c'est reconnaître ses torts et sa petitesse, reconnaître que l'on fait du mal à soi, aux autres, et à Dieu, et prendre pleinement conscience de cela, afin de solliciter et de prier la miséricorde divine, accordée par le Père, donnée par le prêtre, afin de faire pénitence, c'est à dire vivre pleinement un retour à Dieu.




Le Sacrement des Malades



Autrefois, ce sacrement était réservé aux personnes dans un réel danger de mort. Il était donné à travers ce que l'on appelle l'extrême onction, ou onction des malades.
 
Aujourd'hui, il prend un sens nouveau. En effet, ce sacrement s'adresse désormais à tous malades quel qu'il soit. Ce sacrement n'est désormais plus "une sorte de début de prière menant à la mort", mais est un outil permettant aux malades, grâce à des prières, ainsi qu'à des onctions du Saint Chrême (huile bénite) sur les yeux, les narines, les oreilles, la bouche, les mains et les pieds, de l'aider à vivre sa maladie.
 
Car, en effet, et ceci n'est pas une nouveauté, un chrétien reste un chrétien, même si celui-ci est paralysé par une maladie... Au contraire, il serait dommage que le chrétien malade ne puisse vivre sa foi dans sa maladie, car celle-ci a transformée ses habitudes de vies, et par conséquent pour lutter contre sa maladie, la prière doit l'aider à surmonter cet affront.
 
Vous pouvez nous solliciter pour une visite. Nous viendrons si vous le désirez.
Il suffit de téléphoner à la Mission.


Les Funérailles



Les funérailles peuvent être célébrées à la Chapelle de l'Hôpital, au Cimetière des 9 collines ou éventuellement au domicile du défunt.
 
Les défunts sont accompagnés au cimetière par le prêtre.
 
Contacter le Recteur. Tel. 06.27.18.15.80.

Afin de couvrir les frais de la Mission, une offrande est suggérée (voir ici).