Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

samedi 28 septembre 2019

Jésus, sans conditions...


Il te manque une chose: va! vends ce que tu as pour le donner aux pauvres… reviens ensuite et suis-moi. (Marc 10 :25).

Le jeune homme riche avait faim et soif de perfection. En voyant devant lui Jésus-Christ, il voulait lui ressembler. Notre Seigneur, quand il appelle à lui un disciple, ne lui propose pas en première ligne la sainteté à réaliser en lui-même. Il lui demande de renoncer à tout droit sur lui-même et de s’unir à son Maître sans aucune réserve, d’une manière tout à fait exclusive. Quand Jésus dit : « Celui qui vient à moi et ne hait pas son père et sa mère.., et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple », cela n’a rien à voir avec notre salut ou notre sanctification, mais cela se rapporte uniquement à notre union inconditionnelle avec Jésus. Bien peu d’entre nous savent s’abandonner entièrement à Jésus.
« Jésus fixa son regard sur lui et l’aima. » Le regard de Jésus détache notre cœur de tout autre attachement. Jésus vous a-t-il jamais regardé ? Le regard de Jésus transperce et transforme. Sur tous les points où vous êtes « sensible à Dieu », c’est que Jésus vous a regardé. Sur tous les points où vous êtes rancunier, égoïste, persuadé que c’est toujours vous qui avez raison, c’est que Jésus ne vous a pas regardé.
« Il te manque une chose… » La chose essentielle, l’unique chose nécessaire, aux yeux de Jésus, c’est l’union avec lui.
« Vends tout ce que tu as… » il me faut renoncer à tout ce que j’ai, me dépouiller de tout, non pas certes pour faire mon salut (car c’est la foi absolue en Jésus-Christ qui peut seule me sauver), mais pour être à même de suivre Jésus. « Viens alors, et suis-moi. » Jésus marchait vers la croix.


vendredi 20 septembre 2019

Formés pour servir.


Maintenant l’Éternel parle – lui qui m’a formé des ma naissance pour être son serviteur. (Esaïe 49 :5).

Dès que nous avons compris que Dieu nous appelait à son service, en Jésus-Christ, nous voyons disparaître en nous tous les préjugés et toutes les tendances particularistes. Car, c’est la race humaine tout entière que Dieu a créée pour Sa gloire et à laquelle Il veut se donner. 
Le péché a aiguillé l’humanité sur une autre voie, mais cela n’a rien changé du tout au dessein éternel de Dieu. Dieu a créé toute l’humanité pour qu’elle le glorifie, et chacun de nous, dès qu’il est né de nouveau, en a la vision très claire. Dieu m’a élu, Dieu m’a formé pour son service. Rien n’est plus beau que cette pensée. Le prodigieux dessein de Dieu en créant le monde me remplit de joie et d’espérance. Dieu m’apprend à contempler dans les limites étroites de mon cœur l’amour de toute l’humanité. “Dieu a tant aimé le monde, qu’Il a donné son Fils unique…” (Jean 3, 16.) C’est l’amour de Dieu lui-même, c’est la nature de Dieu lui-même qui se forme ainsi dans notre propre cœur.

Nous devons avoir toujours présent à la pensée le dessein magnifique du Dieu créateur, et ne pas y mêler nos propres vues. Si cela nous arrivait, Dieu serait forcé de chasser de notre âme ces préoccupations égoïstes, fût-ce au prix de la plus vive souffrance. Le missionnaire sait qu’il a été créé pour être au service de Dieu et pour Le glorifier. La Rédemption accomplie par Jésus-Christ nous rend parfaitement aptes à ce service.
Aussi comprenons-nous pourquoi les exigences de Jésus sont si absolues ? Il demande à ses disciples la perfection de Dieu parce qu’il a mis en eux la nature de Dieu.


samedi 14 septembre 2019

La volonté de Dieu.


J’ai bien peur que… vos pensées ne se corrompent, et qu’elles ne perdent leur simplicité à l’égard du Christ. (Paul aux Corinthiens II, 11).

La simplicité de notre pensée, c’est le don de voir les choses clairement. L’enfant de Dieu ne peut pas au début comprendre tout clairement, mais, s’il sait obéir à Dieu, il voit distinctement quelle est Sa volonté.
Quand vous êtes en présence de quelque difficulté d’ordre spirituel, ne cherchez pas à raisonner, cherchez seulement à obéir. Dans les questions d’ordre intellectuel, un effort de réflexion peut vous éclairer. Mais dans les questions d’ordre spirituel, plus vous raisonnez, et plus le brouillard devient épais. Sur le point où Dieu vous dit d’obéir, obéissez sans hésitation et soumettez vos pensées à l’esclavage du Christ, et tout s’éclairera pour vous. Une fois que vous en serez là, vous pourrez user de votre raison. Mais, dans le domaine spirituel, nous voyons la vérité comme des enfants, en toute simplicité, sans aucun raisonnement. Et quand nous voulons raisonner à tout prix, nous ne voyons plus rien du tout. « Je te bénis, ô Père, toi qui as caché ces choses aux sages et aux intelligents et qui les as révélées aux enfants. »
La plus petite désobéissance au Saint-Esprit nous obscurcit l’âme, et plus nous y réfléchirons, moins nous y verrons clair. Cette obscurité-là ne se dissipe que par l’obéissance. Dès que nous obéissons, la lumière surgit. C’est bien humiliant pour nous, puisque cela prouve que la cause de l’obscurité est en nous. Quand le Saint-Esprit domine entièrement notre âme, nous apercevons clairement la volonté de Dieu et notre foi retrouve toute sa simplicité.


dimanche 8 septembre 2019

Mes pensées au Christ.


Par elles, je soumets toutes mes pensées au Christ, pour qu’elles lui obéissent comme des esclaves. (II Corinthiens 10 :5).

Et voici maintenant un autre aspect de cette lutte courageuse qui caractérise la sainteté. Chacune de mes pensées, chacun de mes projets, je dois les soumettre au joug du Christ. Combien de chrétiens aujourd’hui prétendent travailler pour Dieu, qui ne sont guidés que par leurs inclinations naturelles et sans se soumettre à la discipline du Christ ?
Dans la vie de notre Seigneur, tout était soumis à la volonté de son Père. Il n’y avait en lui pas un seul élan, pas une seule inclination provenant d’une volonté personnelle qui aurait été distincte de celle de Dieu.
« Le Fils ne peut rien faire par lui-même. » Quelle différence, si nous nous comparons à lui.... Sous l’influence d’une impression vive, nous nous mettons à l’œuvre, immédiatement, poussés par un élan instinctif au lieu de soumettre chacun de nos projets à la discipline du Christ.
A l’heure actuelle, on attache trop d’importance à l’activité pratique pour elle-même, et l’on juge sévèrement les croyants qui attendent pour agir d’avoir fait de chacun de leurs projets un esclave du Christ. On refuse de les prendre au sérieux. Mais, ce qui importe par-dessus tout, c’est d’obéir à Dieu, et non pas de s’imaginer qu’on travaille pour lui, alors qu’on ne fait que suivre les impulsions de sa nature indisciplinée. C’est une chose incroyable que des chrétiens puissent agir ainsi, sans soumettre à la discipline de Dieu leurs actes et leurs projets.
Nous oublions trop facilement que si chacun de nous tient son salut de Jésus-Christ. Jésus-Christ doit aussi transformer toute sa pensée, qu’il doit arriver à concevoir Dieu, Satan, le péché, le monde, tout enfin, du point de vue de Jésus-Christ.


dimanche 1 septembre 2019

Des fleuves d'eau vive...


Celui qui croit en moi, de lui s’échapperont des fleuves d’eau vive. (Jean 7 :38).

Remarquez que Jésus ne dit pas. « Celui qui croit en moi recevra en lui toute la plénitude des bienfaits de Dieu », mais bien « De lui s’écoulera, de lui s’échappera tout ce qu’il recevra. »
Notre Seigneur ne veut pas que l’homme se cherche lui-même et se réalise lui-même. Son but n’est pas de faire croître et de perfectionner la nature humaine. Son but est de recréer l’homme à son image et la nature du Fils de Dieu, c’est de se dépenser tout entier et de se donner tout entier. Si nous croyons en Lui, ce n’est pas ce que nous acquérons qui a de l’importance, c’est ce qu’il répand à travers nous. Ce n’est pas le succès apparent dont il faut tenir compte, c’est seulement ce que Dieu répand à travers nous, et cela, il nous est tout à fait impossible de le mesurer.
Quand Marie de Béthanie brisa le vase d’albâtre et répandit le précieux parfum sur la tête de Jésus, c’était là un acte insensé, sans rime ni raison. Les disciples protestaient contre ce gaspillage. Mais Jésus loua Marie et son geste d’adoration : « Partout où sera prêché l’Évangile, dans le monde entier, on racontera ce qu’elle a fait. » Le Seigneur ne se connaît plus de joie lorsqu’il voit l’un de nous faire comme Marie, ne plus songer à soi, se donner tout à lui. Dieu a versé le sang de son Fils pour sauver le monde. Sommes-nous prêts à donner pour Lui notre vie ?
« Celui qui croit en moi, de lui s’échapperont des fleuves d’eau vive. » Et ces fleuves d’eau vive désaltéreront des centaines d’âmes assoiffées. Consentirons-nous à répandre ainsi notre vie pour les autres ?


Baptême de Swan.


Swan et sa famille durant la cérémonie


Ce Dimanche 1er Septembre 2019, nous avons baptisé la petite Swan, très entourée par toute la famille.

Dans une atmosphère conviviale et familiale, Swan a fait son entrée dans la vie chrétienne en passant par le Saint Baptême.

Merci à tous pour la joie et la participation lors de la célébration.