Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

dimanche 28 juillet 2019

Les nuées.


Voici, il vient avec les nuées. (Apocalypse 1, v. 7).

Les nuées, dans la Bible, sont toujours en rapport avec Dieu. Les nuées, ce sont ces douleurs, ces chagrins, ces épreuves dans notre vie ou dans celle des autres qui semblent démentir la souveraineté de Dieu.
Mais, c’est précisément par ces épreuves que l’Esprit de Dieu nous enseigne à marcher par la foi. Si notre vie était sans nuages, nous n’aurions point de foi. « Les nuées ne sont que des poussières qui tombent des pieds de notre Père » …, elles nous prouvent qu’il est là. Quelle révélation lorsqu’on comprend que les peines, les pertes, les souffrances, ne sont que des nuées qui environnent notre Dieu... Dieu est toujours environné de nuées. Il ne vient jamais à nous dans toute Sa splendeur.
Il n’est pas tout à fait exact de dire que Dieu veut, au travers de nos épreuves, nous apprendre quelque chose. Au contraire, par chaque nuage qu’il envoie, il veut nous désapprendre quelque chose. En nous couvrant de sa nuée, Dieu cherche à simplifier notre foi, jusqu’à ce que nous soyons à son égard comme des enfants. Il veut établir une relation directe entre Lui et nous, et ainsi tout le reste sera dans l’ombre. Tant qu’il n’en sera pas ainsi, je continuerai à être enveloppé de nuages et d’obscurité. Qu’en est-il ? Mes relations avec Dieu sont-elles vraiment devenues plus simples et plus naturelles qu’auparavant ?
Il y a un lien direct entre les voies étranges par lesquelles Dieu nous conduit et ce que nous savons de Lui. Apprenons à interpréter les énigmes de la vie à la lumière de ce que nous savons de Dieu. Tant que nous ne pouvons pas regarder en face les situations les plus sombres sans rien perdre de notre confiance en Dieu, nous ne le connaissons pas vraiment.
«Ils eurent peur en entrant dans la nuée.» Qui est avec vous dans la nuée ? Elle deviendra plus sombre si c’est un autre que « Jésus seul ».


vendredi 26 juillet 2019

La volonté de Dieu.


Aussitôt après, il obligea ses disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l’autre côté. (Marc 6, 45-52).

Nous avons tendance à nous imaginer que, si Jésus-Christ nous oblige à faire quelque chose, l’obéissance nous conduira vers un succès éclatant.
Ne croyons jamais que le plan de Dieu est de nous accorder les succès dont nous rêvons. Il est possible que ses intentions soient juste à l’opposé des nôtres. Nous croyons que Dieu nous conduira dans une direction particulière, vers le but que nous désirons atteindre, et là, nous faisons erreur. Le fait d’atteindre tel ou tel but n’est qu’un incident de parcours. Notre état présent, où nous ne voyons qu’un moyen, est aux yeux de Dieu un aboutissement.
Comment est-ce que je m’imagine les desseins de Dieu à mon égard ? Sa pensée est que je dépende entièrement de lui et de sa puissance. Si je reste calme et serein au milieu du tourbillon de la vie, Dieu a atteint son but. Il désire que je puisse voir Jésus marchant sur les eaux, sans aucun rivage en vue, sans autre but, sans autre certitude que celle-ci . Tout est bien puisque je le vois là, devant moi, marcher sur les flots. C’est ma manière de vivre et non le but de ma vie qui glorifie Dieu.
L’entraînement auquel Dieu me soumet n’est pas pour tout à l’heure, il est pour maintenant. Son dessein concerne la minute présente, et non un avenir problématique. Nous avons à lui obéir sans nous inquiéter des conséquences possibles. Ce qui, pour les hommes, est une préparation en vue de l’avenir, est pour Dieu un aboutissement.
Le but de Dieu est de m’apprendre à reconnaître qu’il peut, Lui, marcher aujourd’hui sur les eaux tourmentées de mon existence. Si nous avons en tête un but plus lointain, nous nous désintéressons du présent. Comprenons donc que Dieu veut notre obéissance. Chaque instant nous deviendra précieux.


dimanche 21 juillet 2019

Vous avez dit "sanctification" ?


Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification. (I Thessaloniciens 4, v. 3).


Dans la sanctification, Dieu agit en nous sur deux plans : celui de la mort et celui de la vie.
Beaucoup d’entre nous passent tellement de temps à s’occuper de la mort à eux-mêmes qu’ils en deviennent sépulcraux. La sanctification est toujours précédée d’un combat acharné, car en nous quelque chose s’oppose aux exigences de Jésus-Christ. Dès que le Saint-Esprit nous révèle en quoi consiste la sanctification, le combat s’engage. « Si quelqu’un vient à moi, et ne hait pas… sa propre vie, il ne peut être mon disciple. »
L’Esprit de Dieu, travaillant à ma sanctification, me dépouillera de tout, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que moi-même. Suis-je prêt à me laisser ainsi dépouiller, à n’avoir plus rien, ni amis, ni père, ni frère, ni intérêt personnel, prêt pour la mort ? C’est la condition même de la sanctification. Il n’est pas étonnant que Jésus ait dit : « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. » C’est là que commence la lutte et que beaucoup d’entre nous battent en retraite. Nous refusons d’être participants de la mort de Jésus. « C’est une exigence trop sévère, disons-nous, Il ne peut me demander cela ». Notre Seigneur est un Maître sévère et c’est bien cela qu’il nous demande.
Suis-je prêt à me dépouiller de tout, à n’avoir plus rien que moi-même ? Suis-je décidé à ne pas tenir compte de l’opinion que mes amis peuvent avoir de moi, ni de ma propre opinion sur moi-même, pour déposer cet être dépouillé entre les mains de Dieu ? C’est alors qu’il me sanctifiera entièrement et que mon cœur dépouillé n’aura d’autre préoccupation que celle de la gloire de Dieu.
Lorsque je demande à Dieu : « Seigneur, montre-moi en quoi consiste, pour moi, la sanctification ? », il répondra à cette prière. Elle consiste à être uni à Jésus. La sanctification n’est pas quelque chose que Jésus met en moi, c’est Lui-même en moi .


mardi 16 juillet 2019

Dieu, notre guide.


A combien plus forte raison votre Père Céleste donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.. (Matthieu 7, v. 11).

Jésus donne ici des règles de conduite pour ceux qui ont en eux son Esprit. Par cette comparaison familière, il cherche à pénétrer notre esprit de la pensée que Dieu contrôle toutes choses. Cela doit amener le disciple à une attitude de confiance totale, et le pousser à demander et à chercher tout ce dont il a besoin avec ardeur.
Nourrissez votre esprit de la pensée que Dieu est là, tout près de vous. Lorsque cette idée est bien ancrée en vous, il vous devient naturel de dire, dans les difficultés : « Qu’importe. Mon Père est au courant ». Une telle pensée viendra instinctivement et sans effort. Autrefois, vous aviez l’habitude de demander l’avis des uns et des autres. Mais, maintenant, vous êtes tellement rempli de la pensée que Dieu conduit tout, qu’il vous suffit de le consulter directement. Les règles de conduite que Jésus établit pour ceux qui ont reçu son Esprit, se ramènent à un principe. Dieu est notre Père et il nous aime. Il n’oublie jamais rien de ce qui nous concerne. Alors, pourquoi m’inquiéter ?
Il y a des moments, dit Jésus, où Dieu est forcé de nous laisser dans l’obscurité. Mais, ayez confiance en Lui. Dieu nous apparaîtra peut-être comme un ami malveillant, mais Il ne l’est pas. Fortifiez en vous cette pensée, que Dieu contrôle toutes les circonstances de votre vie. Rien ne vous arrive sans que Dieu le veuille, c’est pourquoi vous pouvez, avec une parfaite confiance, vous reposer sur Lui. Prier, ce n’est pas seulement demander, mais maintenir notre âme dans un climat tel qu’il nous semble naturel de tout demander à Dieu. « Demandez, et vous recevrez. »


samedi 6 juillet 2019

Persévérer.


Entrez par la porte étroite… car étroite est la porte et resserré le chemin qui mènent à la vie… (Matthieu 7, v.13 et 14).

Si nous voulons vivre en disciples de Jésus-Christ, n’oublions pas que tout ce qui est noble est difficile. La vie chrétienne est ardue autant que glorieuse, mais sa difficulté ne nous fait ni trembler, ni reculer. Elle nous stimule à la victoire. Est-ce que le merveilleux salut de Jésus-Christ a un tel prix à nos yeux que nous sommes prêts à faire tout pour qu’Il règne ?
Dieu sauve les hommes par sa grâce souveraine qu’il accorde à cause de la Rédemption accomplie par Jésus. Il produit en nous la volonté d’agir selon son bon plaisir. Mais, il nous faut mettre en œuvre ce salut dans la vie de chaque jour. Dès que nous croyons à sa Rédemption, nous commençons à obéir et nous découvrons qu’il nous en rend capables. Si nous échouons, c’est que nous n’avons pas mis en pratique ce que nous avons reçu. Dans les moments difficiles, nous sommes mis à l’épreuve. Si nous avons obéi à l’Esprit et mis en pratique, dans notre vie quotidienne, ce que Dieu nous révèle, nous serons soutenus à la fois par la grâce de Dieu et par les habitudes que nous aurons acquises.
Remercions Dieu de nous confier des tâches difficiles. Son salut rend joyeux, mais appelle à l’héroïsme et à la sainteté. Il révèle ce dont nous sommes capables. Jésus est venu « pour conduire à la gloire un grand nombre de fils » , et Dieu ne veut rien nous épargner de l’éducation d’un fils. Il ne fait pas de nous des êtres avachis, car la grâce de Dieu transforme hommes et femmes à la ressemblance de Jésus-Christ leur frère. Pour vivre dans l’existence quotidienne la noble vie de disciple de Jésus, il faut une ferme discipline. La noblesse d’âme exige un constant effort.