Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

mercredi 26 décembre 2018

Marcher dans la lumière.


Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière… le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. (1 Jean 1 :7).

Ne nous y trompons pas. Ne pas se sentir pécheur et être délivré du péché par l’Expiation sont deux choses différentes. Personne ne peut savoir vraiment ce que c’est que le péché, avant d’être né de nouveau. Le péché, c’est ce que Jésus a affronté au Calvaire. La preuve que je suis délivré du péché, c’est que je connais sa véritable nature, telle qu’elle existe en moi. pour qu’un homme comprenne ce qu’est réellement le péché, il faut que se manifeste en lui le résultat suprême de l’Expiation de Jésus-Christ : qu’il soit rendu participant de sa perfection absolue.
Le Saint-Esprit nous met au bénéfice de l’Expiation, dans les régions inconscientes de notre esprit aussi bien que dans les régions conscientes. C’est seulement quand nous saisissons la puissance incomparable de l’Esprit en nous que nous comprenons le sens de cette parole (1 Jean 1 :7).
« Le sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché. »

Il ne s’agit pas seulement du péché conscient, mais de ces profondeurs subtiles et effrayantes du péché que seul le Saint-Esprit peut sonder.
Si je marche dans la lumière comme Dieu est dans la lumière – (non pas dans la lumière de ma conscience, mais dans la lumière de Dieu) – si je marche ainsi, sans rien cacher, j’ai soudain cette extraordinaire révélation : le sang de Jésus-Christ me purifie de tout péché, de sorte que le Dieu Tout-puissant ne voit plus rien de répréhensible en moi.
Cette révélation s’accompagne, dans ma conscience, d’une connaissance aiguë et pénétrante de la vraie nature du péché. L’amour de Dieu, qui est à l’œuvre en moi, me fait haïr, avec toute la puissance du Saint-Esprit. Tout ce qui n’est pas conforme à la sainteté de Dieu. Marcher dans la lumière, c’est rester toujours davantage dans le rayonnement de la lumière.


lundi 24 décembre 2018

Joyeux Noël 2018.



Joyeux Noël
dans l'Amour et l'Espérance de
Notre Seigneur Jésus-Christ





lundi 17 décembre 2018

Lutter en présence de Dieu.


C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu… Faites en tout temps, par l’Esprit, toutes sortes de prières et de supplications. (Ephésiens 6, v. 13, 18).

Il vous faut lutter contre tout ce qui peut vous empêcher de vous approcher de Dieu. Vous luttez dans la prière, pour les autres, mais ne dites jamais que vous luttez avec Dieu dans la prière.
Cette expression n’est pas conforme à l’enseignement des Écritures. Si vous luttez avec Dieu, vous en resterez infirme jusqu’à la fin de vos jours. Si Dieu vient à vous d’une manière qui ne vous plaît pas, et que vous luttez avec lui comme Jacob, il sera forcé de vous « déboîter la hanche ». N’essayez pas d’affronter Dieu de la sorte, mais luttez devant Dieu contre tout ce qui s’oppose à lui et il vous rendra plus que vainqueur. Une telle lutte a des répercussions dans le Royaume de Dieu. Si vous me demandez de prier pour vous, sans que je sois pleinement fondé en Christ, ma prière ne servira à rien. Mais, si je le suis, ma prière ne peut manquer d’efficacité. La prière ne peut avoir d’effet que si rien ne me sépare de Christ. « C’est pourquoi, revêtez-vous de toutes les armes de Dieu..... »
Il faut toujours faire une distinction entre l’ordre établi par Dieu et les événements qu’il permet. Notre réaction même nous intègre dans l’ordre voulu par Dieu. « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu », de ceux qui se soumettent à son ordre, qui répondent à l’appel de Dieu en Jésus-Christ. C’est au travers des événements permis par Dieu qu’il révèle ses enfants au monde. Ne soyons pas sans réactions, indifférents aux circonstances, disant à tout propos : « …. c’est la volonté de Dieu ! ».
Nous ne devons pas faire semblant de lutter devant Dieu, ni lutter contre Dieu, mais lutter en présence de Dieu avec les événements. Nous n’avons pas à nous étendre, paresseusement, mais à nous lancer dans le combat grâce aux forces qu’il a préparées pour que nous nous en saisissions.


mercredi 12 décembre 2018

Prier, encore et toujours !


Il faut toujours prier, et ne point se relâcher. (St Luc 18,v.1).

L’intercession est impossible si nous ne croyons pas à la réalité de la Rédemption. Car alors, notre intercession ne serait qu’une vaine sympathie, qui ne ferait qu’encourager les gens à rester tranquillement là où ils sont, loin de Dieu. Intercéder, c’est présenter à Dieu la personne pour laquelle on intercède jusqu’à ce que Dieu intervienne. Intercéder, c’est achever ce qui manque aux souffrances de Christ, et c’est pourquoi il y a si peu d’intercesseurs. On dit qu’intercéder, c’est se mettre à la place de la personne pour laquelle on prie. C’est surtout s’efforcer de voir les choses du point de vue de Dieu.
En tant que serviteur de Dieu, veillez à rester à l’écoute des directives divines, sinon, vous serez débordé. Si vous vous perdez dans des connaissances inutiles au-delà de ce que Dieu a voulu vous donner, il vous est difficile de prier, tant est grande la misère qui vous entoure, qu'elle vous empêche de voir l’essentiel.
Nous avons le devoir de présenter à Dieu tous nos problèmes mais nous dérobons à ce devoir en nous lançant dans l’activisme. Nous accomplissons des tâches visibles mais négligeons l’intercession. Elle est cependant la seule activité qui ne comporte pas de piège, car elle nous maintient en contact direct avec Dieu.
Lorsque nous intercédons, prenons garde de ne pas nous contenter d’un semblant de vie spirituelle. La relation profonde avec la vie de Dieu doit être établie. Que de gens Dieu a placés sur notre chemin, sans que nous ayons rien fait pour eux...
Lorsque nous prions, en nous appuyant sur la Rédemption, notre intercession permet à Dieu d’agir comme il ne pourrait le faire autrement.


lundi 3 décembre 2018

Prêchons mais laissons agir l'Esprit-Saint...


Et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance. (I Corinthiens 2, v. 4).

Si, en prêchant l’Évangile, vous substituez vos propres convictions quant à l’explication de la voie du salut, au lieu de compter sur la puissance même de l’Évangile, vous empêchez ceux qui vous écoutent d’en saisir la réalité. En exposant aux autres le chemin du salut, soyez bien conscients que vous devez être vous-mêmes enracinés et fondés dans la foi en Dieu. Ne vous fiez jamais à la clarté de votre exposé, mais veillez à ne compter que sur le Saint-Esprit. Fiez-vous entièrement à la puissance rédemptrice de Dieu, et il communiquera aux âmes sa propre vie.
Quand vous êtes enracinés dans la vérité, rien ne peut plus vous ébranler. Si votre foi repose sur des expériences, elle sera susceptible d’être mise en question au premier accident de parcours. Mais, rien ne peut ébranler Dieu, ni la toute-puissante réalité de la Rédemption. Que votre foi soit basée sur ce fondement, et vous serez dans une sécurité complète. Une fois que vous avez établi une relation personnelle avec Jésus-Christ, rien ne peut plus vous faire dévier. C’est en cela que consiste la sanctification. Dieu ne désire pas que nous considérions la sanctification comme une « expérience », notre sanctification n’est jamais parfaite, mais elle a toujours besoin d’être sanctifiée à nouveau (voir Jean 17, v. 19). Je dois résolument livrer à Dieu ma vie sanctifiée, pour qu’il s’en serve à sa guise et m’emploie comme un instrument docile.