Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

samedi 17 décembre 2016

Homélie du 4ème dimanche de l'Avent 2016.






Le 4e dimanche de l'Avent que nous célébrons aujourd'hui nous rapproche du grand événement que nous attendons : la Fête de Noël. Des signes visibles et lumineux dans notre ville montrent combien nous attendons avec joie cette fête de famille. Les rues de nos villes et de nos villages ont pris un air de fête. Dans les magasins, c'est la ruée vers les cadeaux. Chacun veut partager sa joie avec les autres. Pour nous chrétiens, au-delà de cette effervescence de la grande fête de fin d'année, Noël signifie la présence de Jésus parmi nous. C'est le Sauveur qui vient nous visiter, celui que nous attendons depuis le début du temps de l'Avent. Sa venue parmi nous est une bonne nouvelle qui doit être annoncée à tous, en particulier aux pauvres, aux exclus, à tous ceux et celles qui n'ont plus d'espérance.
La liturgie de ce dimanche oriente notre regard vers une jeune fille de Nazareth, appelée Marie. Elle a vécu la plus grande aventure de l'humanité, celle de Dieu venu dans notre chair. Dans l'évangile de l'Annonciation, l'Ange Gabriel se rend chez Marie pour lui annoncer qu'elle a été choisie par Dieu pour être la mère de son Fils. Marie pouvait ne pas l'accepter. Car, lorsque Dieu confie une mission à l'homme, il ne lui impose rien. Il respecte sa liberté. Avant de l'accepter, Marie cherche tout simplement à comprendre comment cela serait-il possible parce qu'elle était encore vierge. L'ange lui répond : « L'Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. » Finalement, Marie accepte en prononçant ces simples paroles : « Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole ».
Cet accord de Marie, son adhésion et sa confiance en la promesse de Dieu nous donnent l'occasion de réfléchir sur notre vocation des chrétiens. A quoi sommes-nous appelés dans l'Eglise et dans le monde ? Si Marie donne au monde le Fils de Dieu, les chrétiens le portent et l'installent au cœur de leurs vies, au-travers de leurs joies et peines, de leurs espoirs et angoisses. Aujourd'hui encore, le Seigneur continue à appeler des hommes, des femmes et même des enfants. Ce n'est plus par l'Ange Gabriel qu'il intervient dans notre vie. Il nous rejoint dans les diverses circonstances par les personnes qu'il met sur notre route. Nous sommes choisis par Dieu pour incarner sa bonté, sa tendresse et sa justice. Dans ce monde troublé, c'est plus que jamais nécessaire.
Comment Dieu nous confie-t-il aujourd'hui de nouvelles missions ? En effet, Dieu a besoin de nos mains pour continuer les siennes. L'Eglise est un chantier où chacun doit apporter ses outils et son talent. Sans la participation volontaire de chacun de nous, comment serait-il possible, par exemple, que cette église soit embellie ? Comment pourrions-nous former un chœur de ceux qui chantent bénévolement pour Dieu ? Il a besoin de nos lèvres pour prononcer ses paroles. Sans équipe liturgique, sans lecteurs et groupes de partage biblique, comment la Bonne nouvelle de Jésus serait-elle annoncée et répandue ? Il a besoin de nos yeux pour voir la souffrance humaine et la soulager : sans les bénévoles au service de la charité chrétienne, comment saurions nous nous organiser pour offrir tant soit peu une aide aux démunis de notre communauté ?  Quelle que soit la mission qu'il nous confie, Dieu nous invite à lui dire oui, pourvu que nous sachions identifier le service qu'il attend de nous. Chacun de nous en est capable.
Et à l'instant où nous disons oui, comme Marie, c'est une grande aventure qui commence. Il n'y a pas de plus grand honneur pour les hommes que d'être les serviteurs de l'amour de Dieu. Marie n'a pas suivi d'autre chemin. Elle a été la servante du Seigneur ; et aujourd'hui, elle nous dit : « Faites tout ce qu'il vous dira ». Sommes-nous prêts à porter Dieu en nous et à l'offrir au monde ? Lorsque nous nous rendons auprès d'une personne malade ou dans le besoin, dans l'angoisse, dans le deuil, dans la tristesse et dans tout autre souci de la vie, alors nous pouvons oser dire que nous lui apportons la Bonne Nouvelle de Jésus. Comme Marie, allons, nous aussi porter Jésus Christ au monde, à notre monde qui cherche la paix et le bonheur et qui malheureusement est souvent troublé par la violence et par toute sorte de mal que les hommes engendrent eux-mêmes par égoïsme.