Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

vendredi 14 février 2020

Les Ordres mineurs. L'ostiariat.






Les quatre Ordres mineurs se l'Ostiariat, du Lectorat, de l'Exorcisat et de l'Acolytat sont appelés mineurs parce qu'ils sont moindres que les Ordres du Sous-diaconat, du Diaconat et du Presbytérat qu'on nomme Ordres Majeurs. Ce sont toutefois des Ordres, ce qui les différencie de la Tonsure. Chacun de ses Ordres inférieurs était un échelon par où il fallait, et par où il faudrait encore passer, pour arriver au Sacerdoce.


L ' O S T I A R I A T




L'ordination des Portiers se fait par la tradition des instruments qui symbolisent leurs fonctions , c'est-à-dire les clefs et les cloches.

On confiait autrefois au Portier le soin de tout ce qui regardait l'église. Il ouvrait les portes aux heures réglementaires (le rite de l'ouverture et fermeture des portes date du VIII° siècle). Il convoquait les fidèles, de là sans doute sa fonction actuelle de sonneur officiel (le rite de la sonnerie n'apparaît que vers le XII° siècle). 

Il gardait les portes pour ne laisser entrer que les fidèles. Il tenait le livre ouvert devant celui qui prêchait, rôle quirappelle l'époque où l'Evêque lisait des passages des Ecritures Saintes et en faisait le commentaire à l'assemblée. Le Portier était à la fois portier, sonneur, suisse et sacristain. Ces fonctions matérielles étaient l'accompagnement obligé de l'activité des autres ministères sacrés. Les Portiers furent bientôt remplacés à Rome par des laïcs.

_______

vendredi 7 février 2020

L'entrée dans les Ordres. La tonsure.





L'imposition de la tonsure n'est pas un rite sacré, mais une simple cérémonie instituée par l'Eglise pour introduire officiellement dans la cléricature ceux que Dieu appelle au sacerdoce.
Les enfants des maîtrises étaient autrefois tonsurés. Les tonsurés ont le droit de toucher aux vases sacrés en dehors du Sacrifice.

La cérémonie de l'imposition de la tonsure se divise en deux parties :

1. Le renoncement aux vanités du monde par le rite symbolique de la coupe des cheveux et l'abandon des vêtements laïcs.
2. L'agrégation à la cléricature par l'imposition de la tonsure et du surplis.

Le rite de la collation de la tonsure au VIe siècle, et comme cérémonie séparée au premier ordre mineur au VIIIe siècle. Le rite de l'imposition du surplis s'ajouta à celui de la tonsure au XIVe siècle. Tous les clercs portaient autrefois l'aube blanche de lin tombant jusqu'à terre et dont le surplis est une diminution.


dimanche 2 février 2020

LE SACREMENT DE L'ORDRE : Cérémonies de l'Ordination.





Nous allons entamer aujourd'hui une série d'articles sur les cérémonies de l'Ordination. Cela se succède en différentes étapes. 

Le "Fils de l'homme" fut consacré prêtre selon l'ordre de Melchisédech, par l'onction même de la Divinité au moment où se réalisa, dans le sein de la Vierge, l'ineffable mystère de l'Incarnation du "Fils de Dieu". Le 25 mars, fête de l'Annonciation, c'est l'anniversaire de l'ordination du "Christ", "l'Oint" par excellence. C'est surtout à l'autel du Calvaire et de la dernière Cène, que Jésus, prêtre et victime, réalisa l'acte suprême de son sacerdoce. Puis, au jour de l'Ascension, comme le grand-prêtre qui entrait dans le Saint des Saints avec le sang des victimes, il entra dans le vrai Saint des Saints, de la Jérusalem du ciel et y commença son sacerdoce céleste en montrant à son Père ses plaies glorieuses et en se faisant notre perpétuel intercesseur.

Mais tandis que sur "l'autel d'or" de son humanité sainte, comme dit Saint Jean, il offre à Dieu les mérites du Calvaire, sur "l'autel de pierre" de nos églises, il les offre lui-même en s'y rendant présent, par le ministère de ses prêtres, sous les espèces du pain et du vin qui représentent la séparation de on corps et de son sang sur la Croix. C'est par sa vertu divine que s'opère le mystère de la Transsubstantiation. C'est par elle aussi que les Sacrements obtiennent leur efficacité, car Jésus, bien qu'invisible, en est l'agent principal, et il reste l'éternel médiateur entre Dieu et les hommes. Les prêtres qu'il emploie pour la célébration du Saint Sacrifice et pour l'administration des Sacrements ne sont que des instruments ; leur activité sacerdotale et médiatrice n'est que ministérielle. Toute sublime que soit leur dignité, elle n'est qu'une participation au sacerdoce selon l'Ordre de Melchisédech, dont le Rédempteur réalisa lui-même les actes sur terre et qu'il consomme, lui aussi, depuis sa Résurrection et son Ascension, dans le ciel.

Mais, cette participation a des degrés qui constitue le Sacrement de l'Ordre. Le caractère sacerdotal qui assimile l'homme au Christ spécifiquement médiateur, ne se grave, pour ainsi dire, qu'un peu à la fois dans l'âme. Il a atteint sa suprême perfection dans l'Episcopat. Ces divers degrés d'initiation au sacerdoce de Jésus se différencient entre eux selon qu'ils s'associent plus ou moins ceux qui les gravissent au Saint Sacrifice de la Messe où l'offre à Dieu le corps réel du Christ, mort sur la Croix, et aux Sacrements où l'on applique les fruits de la rédemption à son corps mystique.

La transmission de ce sacerdoce se fait d'après les rites adoptés par l'Eglise au cours des siècles, et qui devraient se diviser actuellement en trois ordres majeurs et quatre ordres mineurs précédés de l'imposition de la tonsure.

C'est ordinairement à la messe du samedi des Quatre-Temps que l'on confèrait les différents ordres.

_______