Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

lundi 23 mars 2020

Prière en temps de maladie grave.


Seigneur Jésus,

J'ai mal dans mon corps, je me sens menacé et je ne trouve aucun réconfort autour de moi.

Toi qui es toujours présent, écoute mes plaintes et transforme-les en prières.

Tous ces instants douloureux que je supporte, je te les offre comme autant d'actes d'Amour.

Soulage cependant mes souffrances physiques et morales. Viens vite me secourir , Toi qui peux tout.

Envoie-moi au moins ton ange de consolation, et qu'il me donne ta Paix.

Envoie-moi au moins ta Mère, et qu'elle m'aide à porter cette croix qui est aussi la tienne, Toi mon Sauveur crucifié. Amen.



vendredi 6 mars 2020

Nouveau site du Service de l'exorcisme.







Nous avons le plaisir de vous informer de la mise en ligne du nouveau site web du

Service de l'Exorciste et de Délivrance




Bonne lecture !


jeudi 5 mars 2020

"Veux-tu être guéri ?"


Évangile selon saint Jean 5,1-15.

En ce temps-là, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem.
Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis, il y a une piscine qui s'appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques.
Sous ces portiques étaient couchés un grand nombre de malades, d'aveugles, de boiteux et de paralytiques. Ils attendaient le bouillonnement de l'eau.
Car un ange du Seigneur descendait à certains temps dans la piscine, et agitait l'eau. Et celui qui y descendait le premier après l'agitation de l'eau, était guéri de son infirmité quelle qu'elle fût.
Là se trouvait un homme malade depuis trente huit ans.
Jésus l'ayant vu gisant et sachant qu'il était malade depuis longtemps, lui dit :
"Veux-tu être guéri ?" Le malade lui répondit : "Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine dès que l'eau est agitée, et pendant que j'y vais, un autre descend avant moi."
Jésus lui dit " Lève-toi, prends ton grabat et marche."
Et à l'instant cet homme fut guéri ; il prit son grabat et se mit à marcher. C'était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : "C'est le sabbat, il ne t'est pas permis d'emporter ton grabat."
Il leur répondit : " Celui qui m'a guéri m'a dit : Prends ton grabat et marche."
Ils lui demandèrent : "Qui est l'homme qui t'a dit : Prends ton grabat et marche ?"
Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était ; car Jésus s'était esquivé, grâce à la foule qui était en cet endroit.
Plus tard, Jésus le trouva dans le temple et lui dit : "Te voilà guéri ; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire."
Cet homme s'en alla, et annonça aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.


-----


Le Sauveur devait instituer un baptême pour la rémission des péchés, et dont nous trouvons un emblème dans cette piscine et dans d'autres figures semblables.
Dieu ordonna d'abord des purifications extérieures pour laver les souillures du corps et les taches qui n'existaient pas en réalité, mais qu'on regardait comme telles, par exemple, celles que l'on contractait par le contact d'un cadavre, par la lèpre ou par d'autres causes du même genre. Dieu voulut ensuite que l'eau fût encore un remède efficace pour diverses maladies. Pour nous préparer de plus près à la grâce du baptême, il ne se contente plus de purifier les souillures extérieures, il guérit encore les maladies. Ceux qui approchent de plus près les rois, occupent aussi un rang plus éminent que ceux qui sont plus éloignés, il en est de même des figures de l'ancienne loi.
Or, cette eau ne guérissait pas les malades en vertu de sa nature (autrement, elle aurait toujours eu cette efficacité), mais seulement lorsque l'ange descendait. Il en est de même dans le baptême, l'eau n'agit point par elle-même, mais ce n'est qu'après avoir reçu la grâce de l'Esprit saint, qu'elle efface tous les péchés. L'ange qui descendait du ciel agitait cette eau, et lui communiquait une vertu toute particulière contre les maladies, pour apprendre aux Juifs, qu'à plus forte raison le Seigneur des anges avait le pouvoir de guérir toutes les maladies de l'âme.
Maintenant, chacun peut avoir accès ; car ce n'est point un ange qui vient agiter l'eau, mais le Dieu des anges qui opère toutes ces merveilles. L'univers entier se présenterait que la grâce ne serait point épuisée, elle reste toujours la même ; de même que les rayons du soleil éclairent tous les jours qui se succèdent, sans qu'ils soient jamais épuisés, sans que la profusion avec laquelle le soleil répand sa lumière en diminue l'éclat ; ainsi, et à plus forte raison la multitude de ceux qui participent à la grâce de l'Esprit saint n'en amoindrit en rien l'efficacité toute divine. Or, un seul homme était guéri après que l'eau était agitée, afin que ceux qui connaissaient la puissance de cette eau pour guérir les maladies du corps, instruits par une longue expérience, pussent croire plus facilement que l'eau pouvait également guérir les maladies de l'âme.


dimanche 1 mars 2020

La question de Jésus.


Jésus lui dit pour la troisième fois : « M’aimes-tu ? » (Jean 21,17).

Avez-vous senti la blessure de la parole du Seigneur, au tréfonds de votre âme, ce point sensible par excellence, mais que rien n’atteint, ni le diable, ni le péché, ni aucune influence humaine, rien, sinon la parole de Dieu ?

Pierre fut attristé de cette question : « M’aimes-tu? » renouvelée à trois reprises. Il sentait enfin au fond de lui-même un attachement véritable pour son Maître et il devinait le sens de cette patiente répétition. Toute illusion sur lui-même avait disparu. Il ne pouvait plus être question de protestations de dévouement. Il se rendait enfin compte qu’il aimait profondément le Seigneur et il le lui disait ainsi : « Seigneur, tu sais toutes choses. » Mais il ne disait plus : « Voilà ce que je ferai ; voilà les preuves de mon amour. »
Pierre commençait à découvrir la profondeur de son amour pour Jésus. Jésus était plus pour lui que tout au monde, au ciel ou sur la terre. Mais, il avait fallu pour cela cette interrogation pénétrante, douloureuse, blessante, de Jésus. Les questions que le Seigneur nous pose nous révèlent ce qu’il y a en nous.

Quelle maîtrise, quelle rectitude, quel art admirable Jésus a déployé à l’égard de Pierre.... Notre Seigneur sait à quel moment il lui faut poser les questions. Une fois au moins dans notre vie, il arrivera sans doute qu’il nous mettra ainsi au pied du mur. Il nous blessera peut-être avec ses questions acérées, et nous découvrirons alors que nous l’aimons beaucoup plus profondément qu’aucune parole ne peut le faire voir.