Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

lundi 11 février 2019

Garder son Espérance en Dieu.


Tu garderas dans une paix parfaite celui qui appuie sa pensée sur Toi ; car il se confie en Toi. (Isaïe 26 :3).

Votre pensée s’appuie-t-elle sur Dieu ou est-elle en train de périr d’inanition, ce qui aboutit fatalement, chez un chrétien, à la banqueroute ?
Si votre pensée ne s’est jamais attachée à Dieu, commencez tout de suite. N’attendez pas que Dieu vienne vous chercher, mais détournez vos regards de vos idoles, et regardez à Dieu pour être sauvé. Notre pensée, notre imagination, c’est le plus grand don que Dieu nous ait fait. C’est à Lui par conséquent que nous devons la consacrer. Si vous avez su faire prisonnière chacune de vos pensées pour qu’elle obéisse au Christ, cela sera pour votre foi une garantie de premier ordre quand l’épreuve sera là, parce que votre foi et l’Esprit de Dieu seront à l’unisson.
Apprenez à n’avoir que des pensées dignes de Dieu devant tous les grands phénomènes de la nature, et votre imagination, au lieu d’être l’esclave de vos impulsions charnelles, sera toujours au service de Dieu.
« Nous avons péché comme nos pères… et nous avons oublié. »
Alors, plantez un stylet à l’endroit où vous vous êtes endormi. « Dieu, dites-vous, ne me parle pas en ce moment. » C’est votre faute. Rappelez-vous que vous appartenez à Dieu. Pensez à tout ce qu’il a déjà fait pour vous, et votre amour pour Lui grandira sans mesure. Votre imagination ne sera plus stérile, mais agile et féconde, et votre espérance deviendra éblouissante.


lundi 28 janvier 2019

Quand Dieu nous parle.


Qui es-tu, Seigneur ? (Actes 26 :15).

« Ainsi m’a parlé l’Éternel, quand sa main m’a saisi » (Isaïe 8, 11.) 
Quand le Seigneur nous parle, nul moyen de Lui échapper. Il s’empare sur-le-champ de notre intelligence. Est-ce que Dieu vous a parlé directement ? Dans ce cas, vous n’avez pas pu ne pas saisir l’insistance pénétrante avec laquelle Il vous a parlé, non pas par vos oreilles, mais par vos circonstances, dans le langage que vous pouvez le mieux comprendre.
Dieu doit détruire notre confiance entêtée dans nos propres convictions. « Je sais très bien que c’est là ce que je dois faire », dirons-nous... Et soudain la voix de Dieu nous renverse et nous confond en nous révélant les abîmes de notre ignorance. Nous avons manifesté notre ignorance à l’égard de Dieu dans la manière même dont nous avons prétendu le servir. Nous servons Jésus dans un esprit qui n’est pas le sien, nous lui faisons tort en prétendant l’exalter, nous combattons pour lui dans l’esprit de Satan. Nos paroles sont irréprochables, notre âme empoisonnée. « Il les réprimanda, et leur dit : Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés ». Le cantique à l’amour de l’apôtre Paul (I Corinthiens 13) définit l’Esprit du Seigneur chez celui qui veut être son porte-parole.
Ai-je fait tort à Jésus par la manière dont j’ai prétendu le servir ? Alors, je me suis trompé. Nous nous imaginons que notre devoir, c’est tout ce qui nous coûte. Combien différent est l’Esprit du Seigneur : « Faire ta volonté, ô Dieu, est tout mon plaisir. » (Psaume 40, 8.).


Dieu persécuté.


Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? (Actes 26 :14).

Est-ce que je suis décidé à ne laisser agir Dieu qu’à ma guise ?
Terrible piège auquel nous sommes toujours pris, tant que nous n’avons pas été baptisés d’Esprit et de feu. L’entêtement et l’amour-propre nous amènent toujours à poignarder le Christ. Nous ne faisons peut-être de tort à personne, mais nous crucifions Jésus. Chaque fois que nous voulons, obstinément, « maintenir nos droits, notre dignité », chaque fois que nous voulons faire triompher nos ambitions, nous persécutons et nous crucifions Jésus. Il n’y a pas de plus affreuse découverte qu’une telle découverte.
Quand je vous transmets le message de Dieu, est-il vivant en moi, ardent et vibrant ? Ou bien ma vie dément-elle ce que j’essaye de prêcher ? Je puis prêcher la sanctification et manifester en moi l’esprit de Satan, l’esprit qui persécute Jésus. L’Esprit de Jésus n’admet qu’une attitude : être un avec le Père. Aussi quelle humilité que la sienne : « Écoutez mon enseignement, dit-il, car je suis doux et humble de cœur. » Tout ce que je fais doit se fonder sur ma parfaite union avec Lui, non pas sur ma propre volonté de m’élever vers Dieu. 
Cela implique sans doute qu’on profitera de moi, qu’on me trompera sans peine, qu’on me laissera de côté. Mais en acceptant tout cela pour l’amour de Lui, j’ai la joie de n’être pas parmi ses persécuteurs.


lundi 21 janvier 2019

Tournons-nous vers Dieu.


Tournez vos regards vers Moi, et soyez sauvés. (Isaïe 45 :22).

Sommes-nous de ceux qui s’attendent à ce que Dieu vienne de lui-même les combler de bienfaits et les sauver ? Il dit : « Tournez-vous vers Moi, et soyez sauvés. »
Dans la vie spirituelle, ce qui est le plus difficile, c’est de concentrer nos regards sur Dieu, et cette difficulté provient de ses bienfaits eux-mêmes. L’affliction, presque toujours, nous fait regarder à Dieu, mais ses bienfaits détournent nos regards sur autre chose. Le Sermon sur la Montagne peut se résumer ainsi : renoncez, s’il le faut, à tout le reste, jusqu’à ce que tout en nous, le corps et l’âme, le cœur et l’esprit, soit tourné vers Jésus-Christ.
Beaucoup d’entre nous se font une certaine conception de ce qu’un chrétien doit être, et la vie des saints devient un obstacle qui nous détourne de Dieu. Ce chemin compliqué ne va pas au salut. « Tournez-vous vers Moi, et vous êtes sauvés », non pas « vous serez sauvés ». Quoi que ce soit que nous voulions atteindre, nous l’atteindrons en regardant à Lui de toute notre âme. Nous nous faisons mille soucis, nous boudons notre Dieu, alors qu’Il est là et qu’il nous répète : « Regarde en haut, et sois sauvé ! » Mes tracas, mes soucis, mes questions : « Que ferai-je cet été ? Que ferai-je demain ? », tout cela disparaît si je regarde à Dieu.
Regardons à Dieu, n’espérons qu’en Lui. Même si tu es débordé par mille choses urgentes, aie le courage de les laisser toutes de côté. Regarde à Dieu, et le salut est là pour toi, instantanément.